Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 71 —

n’envoyât quelqu’un de Francfort pour reprendre l’enfant.

Heidi s’élança vers le lit de la malade et lui demanda avec sollicitude :

— Es-tu très-malade, grand’mère ?

— Non, non, enfant, répondit la bonne vieille pour rassurer Heidi, en la caressant affectueusement ; c’est seulement la gelée qui m’a un peu pris les membres.

— Alors est-ce que tu seras tout de suite guérie quand il fera de nouveau chaud ? reprit Heidi qui voulait aller au fond de la question.

— Oui, oui, et même avant, s’il plaît à Dieu, pour que je puisse reprendre mon rouet ; je pensais même que j’essayerais déjà aujourd’hui ; ce sera pour demain sans doute, répondit la grand’mère avec assurance, car elle s’était aperçue que l’enfant était inquiète.

Ces paroles, en effet, tranquillisèrent Heidi qui avait été saisie en voyant pour la première fois la grand’mère au lit. Elle la considéra un moment avec surprise.

— À Francfort, les gens mettent leur châle pour