Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 72 —

aller promener, dit-elle enfin. As-tu peut-être cru qu’on le mettait pour aller au lit, grand’mère ?

— Vois-tu, Heidi, c’est pour ne pas avoir froid que je prends le châle dans mon lit. Je suis si contente de l’avoir ! la couverture est un peu mince.

— Mais, grand’mère, ça descend du côté de la tête quand ça devrait monter ! ce n’est pas ainsi qu’un lit doit être.

— Je le sais, mon enfant, je m’en aperçois bien — et la grand’mère chercha pour sa tête une meilleure place sur l’oreiller qui était comme une planche ; — vois-tu, le coussin n’a jamais été bien épais, et maintenant il y a tant d’années que je dors dessus que je l’ai un peu aplati.

— Oh ! si seulement j’avais demandé à Clara d’emporter mon lit ! s’écria Heidi. Il y avait trois gros coussins bien épais les uns sur les autres ; ça m’empêchait de dormir, je glissais toujours, et quand j’étais à plat, il fallait me remonter, parce que c’est ainsi qu’on doit dormir là-bas. Toi, est-ce que tu pourrais dormir comme ça, grand’mère ?

— Oui, bien sûr, cela tient chaud, et on peut si