Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 73 —

bien respirer quand on a la tête haute, dit la grand’mère en se soulevant péniblement comme pour chercher une position plus élevée. — Mais ne parlons plus de cela ; il y a tant de choses que d’autres vieillards malades n’ont pas et dont je dois remercier le bon Dieu ! ce bon petit pain chaque jour, et ce beau châle si chaud, et puis toi qui viens vers moi, Heidi. Veux-tu me lire quelque chose aujourd’hui ?

Heidi courut à la chambre chercher le vieux livre. Elle parcourut l’un après l’autre tous les beaux cantiques, car elle les connaissait bien maintenant, et après être restée tant de jours sans les lire, elle avait du plaisir à retrouver les versets qu’elle aimait. La grand’mère écoutait, les mains jointes ; l’expression soucieuse de son visage avait fait place à un joyeux sourire, comme si quelque grand bonheur lui était arrivé.

Heidi s’arrêta tout à coup.

— Grand’mère, est-ce que tu es déjà guérie ? demanda-t-elle.

— Cela me fait du bien, Heidi ; je me sens mieux ; finis-le, veux-tu ?