Page:Stendhal - D’un nouveau complot contre les industriels, 1825.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


par là fort dangereux : donc les industriels ne sont pas propres à toutes les places [1].

Toutes les professions pratiquées avec probité sont utiles et par conséquent estimables ; telle est la vieille vérité que proclame la classe pensante placée entre l’aristocratie qui veut envahir toutes les places, et l’industrialisme qui veut envahir toute l’estime. L’industrialisme se déclare seul estimable ; cependant Catinat, si pauvre, l’emporte encore sur Samuel Bernard. Les grands industriels du siècle de Louis xv sont presque tous ridicules dans l’histoire, et Turgot si pauvre est un grand homme.

Peut-être cherchera-t-on à nous répondre, en nous faisant dire ce que nous n’avons pas dit : voici des explications. La classe pensante, mesurant avec soin son estime sur l’utilité, préfère souvent un guerrier, un habile médecin, un savant avocat qui sans espoir de salaire défend l’innocence [2], au plus riche fabricant qui importe des machines et emploie dix mille ouvriers.

  1. Saint-Simon, Catéchisme, pag. 38 et 39.
  2. Exemples : le général Villars à Denain, le docteur Jenner découvrant le vaccin, Malesherbes défendant Louis xvi, Mazel allant mourir à Barcelonne.