Page:Stendhal - Histoire de la peinture en Italie, I, 1929, éd. Martineau.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Faut-il dire qu’il resta loin de l’antique ? Ses figures trop courtes, ses compositions confuses par le grand nombre de personnages, montrent plutôt le travail que le succès du travail. Mais Nicolas Pisano a le premier imité l’antique. Par ses bas-reliefs d’Orvietto et de Pise, qui ont été gravés, les amateurs de tous les pays peuvent juger des progrès qu’il fit faire au dessins, à l’invention et à la composition [1].

  1. Voir dans M. Dagincourt la planche XXXIII de la huitième livraison, mais ne voir que la gravure. Dans les choses où il faut d’abord VOIR, puis JUGER, il est plus court de suivre aveuglément un seul auteur quand on l’entend bien nettement, un beau jour on le détrône, et l’on prend la résolution de regarder comme fausse chacune de ses assertions, jusqu’à ce qu’on les ait lues dans la nature. Parvenu à ce point, on peut ouvrir sans inconvénient les auteurs approuvés. La chasse d’Hippolyte se trouve aujourd’hui au Campo-Santo, cimetière célèbre de la ville de Pise, dont la terre a été apportée de Jérusalem (1189). Ce Campo-Santo, restauré en dernier lieu, ressemble à un joli petit jardin carré long, environné des quatre côtés par un portique assez élégant. Les peintures sont sur le mur au fond du portique qui enclôt le jardin ; on y voit, à côté de la chasse d’Hippolyte, le marbre de l’aimable Pignotti et celui d’Algarotti, élevé par Frédéric II. Carlo Lasinio a gravé les fresques.
    Nicolas était un de ces hommes faits pour changer les idées de tout un peuple : c’est lui qui donna le premier choc à la barbarie ; il fut excellent architecte. Voir l’immense édifice du Santo, à Padoue ; à Florence, l’église de la Trinité, que Michel-Ange appelait sa maîtresse ; à Pise, le singulier clocher des Augustins, octogone au dehors. circulaire en dedans ; il sut corriger la mobilité du terrain en enfonçant des pieux.
    Comparer aux ouvrages de Nicolas la porte de Pise, celle de Sainte-Marie à Montréal, qu’on attribue à Bonanno Pisano. Sur ces antiquités, on peut consulter Martini, Moronna,le père del Giudice, Cicognara.