Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
175
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

cipice au fond duquel coule le Guiers. La dame qui, hier soir, avait eu une si belle peur des voleurs, a couru ici un assez grand danger. Pour éviter le précipice, elle a dirigé son mulet contre le rocher ; elle avait devant elle son ombrelle attachée sur la selle ; l’ombrelle a porté contre le rocher, et heureusement s’est brisée. Si elle eût résisté, le mulet sans doute ne fût pas tombé, il a trop d’esprit pour ça, il eût plié la jambe qui était du côté du précipice, et par ce mouvement, sans aucun doute, la dame eût été lancée dans le Guiers. Mous lui avons prouvé qu’il n’y avait pas eu le moindre péril.

C’est ce passage étroit qui formait autrefois l’entrée du désert, et les femmes ne pouvaient pas aller plus loin.

J’oubliais de dire que ce matin nous avons été témoins de la promenade que les chartreux appellent le spaciment, et qui leur est accordée tous les dix jours. Ils se dirigent d’abord vers la chapelle de Saint-Bruno, et ensuite plus avant dans la montagne ; chacun d’eux porte un grand bâton blanc. Le frère Jean-Marie est accouru pour faire éloigner les dames. Quant à nous, nous sommes restés. Je n’ai jamais vu de gens plus joyeux et babillant avec plus de plaisir : tous les jeunes sautaient et gambadaient ; Jean-Marie nous a montré quinze ou vingt chartreux qui ont plus de quatre-vingts ans.

On sait que chaque chartreux vit seul dans une petite maison isolée : chacun a un jardin qu’il peut cultiver ; mais ces messieurs ne les cultivent pas à la grande Chartreuse. Ils mangent seuls, excepté les jours de spaciment et de fêtes, et il ne leur est permis de parler que ces jours-là. Les chartreux sont vêtus d’une longue tunique de laine blanche, ils portent par-dessus une dalmatique à laquelle tient un capuchon. Leurs antiques constitutions présentent un vestige bien curieux de l’esprit de liberté et de raison qui domina dans la primitive Église jusqu’à l’époque où les évêques de Rome réussirent à s’emparer du pouvoir absolu. Chaque année, tous les chefs de couvent, et le général lui-même, donnaient leur démission ; mais souvent ils