Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
26
ŒUVRES DE STENDHAL.

peut espérer de trouver des êtres de race pure. Comment le paysan des autres parties de la France pourrait-il vivre et se plaire dans un village du Morbihan, où tout le monde parle breton et vit de galettes de sarrasin ?

Cependant, après le beau paysage de la Vilaine, j’ai dîné vers le haut de la montée, au nord du fleuve, chez un aubergiste, membre de la Légion d’honneur, et qui est venu là de bien loin. À Lorient, j’ai trouvé que le seul des négociants de la ville auquel j’ai eu affaire était né à Briançon, dans les Hautes-Alpes. Les enfants de ce négociant ont une chance pour être des hommes distingués : le croisement ; mais probablement ils n’appartiendront pas d’une manière bien précise à une race distincte ; ils ne seront ni Gaëls, ni Kimris, ni Espagnols ou Ibères ; car les Ibères ont remonté le rivage de la mer jusqu’à Brest.

Lorsque l’on cherche à distinguer dans un homme la race Gaël, Kimri, ou Ibère, il faut considérer à la fois les traits physiques de sa tête et de son corps, et la façon dont il s’y prend d’ordinaire pour aller à la chasse du bonheur.

Quant à moi, je trouvais mon bonheur hier matin à chercher à deviner la race à laquelle appartenaient les nombreux dévots qui affluaient à la chapelle de Sainte-Anne, près d’Auray. Je m’étais établi dans la cuisine de l’auberge ; j’y faisais moi-même mon thé. Pendant que l’eau chauffait, je suis allé à la chapelle. J’ai d’abord remarqué que là, comme dans la cuisine de l’auberge, je ne trouvais nullement ce fanatisme ardent et ces regards furieux d’amour et de colère que le Napolitain jette sur l’image de son dieu qui s’appelle saint Janvier. Quand saint Janvier ne lui accorde pas la guérison de sa vache ou de sa fille, ou un vent favorable, s’il est en mer, il l’appelle visage vert (faccia verde) ; ce qui est une grosse injure dans le pays.

Le Breton est bien loin de ces excès ; son œil, comme celui de la plupart des Français du Nord, est peu expressif et petit. Je n’y vois qu’une obstination à toute épreuve et une foi complète dans sainte Anne. En général, on vient ici pour demander la