Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
51
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

quarts de lieue de la ville, au Mont-Dol, colline entourée de marécages et qui probablement fut une île autrefois. La pierre du Champ-Dolent repose sur une roche de quartz dans laquelle elle s’enfonce de quelques pieds. Par quel mécanisme les Gaulois, que nous nous figurons si peu avancés dans les arts, ont-ils pu transporter une masse de granit longue de quarante pieds et épaisse de huit ? Comment l’ont-ils dressée ?

César nous a dit quelle était la puissance des druides. Ces prêtres adroits régnaient absolument sur les Gaulois ; en dirigeant l’attention de leur peuple constamment sur un seul objet, ils leur firent perdre à son égard la qualité de sauvages.

Ces monuments des Gaulois indiquaient des lieux de rendez-vous au milieu des forêts sans bornes. Le Danemark, la Suède, la Norwége, l’Irlande, le Groënland même, offrent des monuments semblables. Les druides ont-ils régné dans tous ces pays, on les blocs de granit étaient-ils élevés par un pouvoir autre que celui de la religion des druides ? Sioborg nous apprend qu’en Scandinavie la tradition indique des usages différents pour chaque monument.

Toutefois ils étaient relatifs au culte, car les conciles chrétiens en marquent une grande jalousie ; ils défendent les prières et d’allumer des flambeaux devant des pierres (ad lapides).

Le pouvoir des druides était établi en partie sur la croyance qu’après la mort les âmes changeaient de corps.

Aristote, au contraire, croyait l’âme mortelle ; les Celtes et les Germains étaient donc mieux préparés au culte catholique que les Grecs et les Romains. L’habitude d’obéir aux druides avec terreur prépara nos ancêtres à obéir aux évêques. La sanction des prêtres était la même : l’excommunication.

En faisant ces beaux raisonnements et bien d’autres, j’ai pris place dans une carriole du pays pour faire les cinq lieues qui séparent Dol de Saint-Malo : j’avais pour compagnons de voyage des bourgeois riches ou plutôt enrichis. Jamais je ne me suis trouvé en aussi mauvaise compagnie ; mon imagination était