Page:Stendhal - Molière, Shakspeare, la Comédie et le Rire, 1930, éd. Martineau.djvu/318

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE RIRE


DU RIRE
ESSAI PHILOSOPHIQUE SUR UN SUJET DIFFICILE[1]



I

qu’est-ce que le rire ?



Hobbes dit que cette convulsion des poumons et des muscles de la face est l’effet de la « vue imprévue et bien claire de notre supériorité sur un autre homme. »

(De la Nature humaine.) Ce contraste, avantageux pour nous, nous fait jouir de notre propre supériorité. Si le malheur de

  1. Il y a entre cet essai et celui qui a pour titre Racine et Shakspeare, une certaine affinité. Ce dernier, dans plusieurs de ses parties, s’occupe également du rire. — Joubert écrivit en latin, à Montbrison, vers 1559, un livre sur le ris. (Note de l’édition de 1867.)

    Ces pages publiées pour la première fois dans les Mélanges d’art et de littérature, ont été écrites en février 1823, quand