Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
34
PENSÉES

que jamais elles n’osent être franches qu’à demi : être franches serait pour elles comme sortir sans fichu.

Une femme croit entendre la voix du public dans le premier sot ou la première amie perfide qui se déclare auprès d’elle l’interprète fidèle du public.

Le tempérament bilieux, quand il n’a pas des formes trop repoussantes, est peut-être celui de tous qui est le plus propre à frapper et à nourrir l’imagination des femmes… C’est pour elles le contraire du prosaïque.

La source la plus respectable de l’orgueil féminin, c’est la crainte de se dégrader aux yeux de son amant par quelque démarche précipitée ou par quelque action qui peut lui sembler peu féminine.