Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
44
PENSÉES



Plus il entre de plaisir physique dans la base d’un amour, dans ce qui autrefois détermina l’intimité, plus il est sujet à l’inconstance et surtout à l’infidélité.

L’amour de deux personnes qui s’aiment n’est presque jamais le même.

Se réconcilier avec une maîtresse adorée qui vous a fait une infidélité, c’est se donner à défaire à coups de poignard une cristallisation sans cesse renaissante.

Chez les femmes, la jalousie doit être un mal encore plus abominable, s’il se peut, que chez les hommes. C’est tout ce que le cœur humain peut supporter de rage impuissante et de mépris de soi-même sans se briser.

La différence de l’infidélité dans les deux sexes est si réelle qu’une femme