Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
55
IMPRESSIONS

force, grâce à la nature de nos armes, n’est plus une qualité physique, c’est du courage.

Les conseils de la vieillesse éclairent sans réchauffer, comme le soleil d’hiver.

On n’est pas né pour la gloire lorsqu’on ne connaît pas le prix du temps.

Rien n’annonce le génie, peut-être l’opiniâtreté serait-elle un signe.

On cherche à adoucir ce qu’on dit à l’homme qu’on n’aime pas et à aggraver ce qu’on dit à l’homme qu’on aime. C’est qu’on sent qu’on a de quoi le dédommager.

Les caractères qui ont le malheur d’être au-dessus des misères qui font l’occupation de la plupart des hommes n’en sont que plus disposés à s’occuper uniquement des choses qui, une fois, ont pu parvenir à les toucher.