Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/65

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
63
IMPRESSIONS



La patrie de Voltaire, de Molière et de Courier est depuis longtemps la ville de l’esprit ; mais le pays entre la Loire, la Meuse et la mer ne peut sentir les beaux-arts. Pourquoi ? Il aime le joli et hait l’énergie.

Les hommes de cette race [anglaise] ne sentent la vie que lorsqu’ils se mettent en colère… C’est avoir un obstacle à surmonter qu’il leur faut.

L’esprit et le génie perdent vingt-cinq pour cent de leur valeur en abordant en Angleterre.

La civilisation étiole les âmes. Ce qui frappe surtout, lorsqu’on revient de Rome à Paris, c’est l’extrême politesse et les yeux éteints de toutes les personnes qu’on rencontre.

L’envie me paraît être le plus grand obstacle au bonheur des Français.