Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/66

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
64
PENSÉES



Un beau climat est le trésor du pauvre qui a de l’âme.

Point de graces et beaucoup d’affectation, pas l’ombre du naturel : voilà ce qui fait d’un fort Allemand un des êtres les plus ridicules qu’on puisse rencontrer.

Les Anglais, en général, ne peuvent pas avoir d’esprit.

Chez une nation où la vanité est la passion dominante, un mot spirituel pare à tout.

En France, nous confondons l’air grand avec l’air grand seigneur ; c’est à peu près le contraire. L’un vient de l’habitude des grandes pensées, l’autre de l’habitude des pensées qui occupent les gens de haute naissance.