Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/71

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
69
IMPRESSIONS

en général cette manière de représenter la vie fait le charme de la société française.

Toute vraie passion ne songe qu’à elle. C’est pourquoi, ce me semble, les passions sont ridicules à Paris où le voisin prétend toujours qu’on pense beaucoup à lui.

En France il n’y a point de vérités : il n’y a que des modes ; il est donc parfaitement inutile de démontrer qu’il est utile de faire telle ou telle chose.

Les villes de province haïssent Paris et l’imitent ; il est plaisant de voir ces deux dispositions se succéder tous les quarts d’heure dans l’âme d’un provincial.

Le gouvernement anglais est le seul en Europe qui me paraisse valoir la peine d’être étudié. Partout ailleurs,