Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/80

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
78
PENSÉES



Je suis fâché de le dire : mais, pour sentir le beau antique, il faut être chaste.

Le beau idéal antique est un peu républicain (il annonce les mêmes vertus que commande la république). Je me hâte d’ajouter que, grâce à l’amabilité de nos femmes, la république antique ne peut pas être et ne sera jamais un gouvernement moderne.

Le beau moderne est fondé sur cette dissemblance générale qui sépare la vie de salon de la vie du forum.

Le public sent si bien, quoique si confusément, l’existence du beau idéal moderne qu’il a fait un mot pour lui, l’élégance.

La bonne foi nuit peut-être à l’esprit, mais je la crois indispensable pour exceller dans les arts.