Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/82

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
80
PENSÉES

leurs richesses appellent à acheter, mais à qui la grossièreté de leur goût défend d’apprécier. Ces gens sont la pâture des charlatans. Les succès qu’ils font étouffent la réputation du peintre homme de talent.

Croire sur parole est souvent commode en politique ou en morale, mais dans les arts c’est le grand chemin de l’ennui.

Les femmes ont une sympathie naturelle et que je croirais instinctive pour les couleurs fraîches et brillantes ; elles ont besoin d’un acte de courage pour regarder longtemps des couleurs ternies par trois siècles d’existence et qui, pour tout dire, ont un aspect sale.

Le vulgaire en France n’accorde le nom de beau qu’à ce qui est féminin.

L’immense majorité des hommes n’a pour les œuvres de génie qu’une estime