Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/89

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
87
IMPRESSIONS



L’inversion est une grande concession en français, un immense privilège de la poésie, dans cette langue amie de la vérité et claire avant tout.

L’empire du rythme ou du vers ne commence que là ou l’inversion est permise.

Pour le plaisir dramatique, ayant à choisir entre deux excès, j’aimerais toujours mieux une prose trop simple comme celle de Sedaine ou de Goldoni que des vers trop beaux.

La pensée ou le sentiment doit, avant tout, être énoncé avec clarté dans le genre dramatique, en cela l’opposé du poème épique.

Dans les arts et dans toutes les actions de l’homme qui admettent de l’originalité, ou l’on est soi-même ou l’on n’est rien.