Page:Stendhal - Promenades dans Rome, II, Lévy, 1853.djvu/376

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pouces onze lignes ; les modèles antiques au Capitole ne sont pas exactement de la même longueur.

Le stade romain avait six cent vingt-cinq pieds antiques ; le mille avait huit stades ou sept cent cinquabte-huit toises.

Le jugerum romain avait sept cent vingt-quatre toises carrées. Le rubio actuel a quatre mille huit cent soixante-six toises carrées.

Le palme des marchands de Rome a neuf pouces trois lignes et quatre dixièmes.

Le pied grec avait onze pouces quatre lignes. La mesure de blé, nommée rubio, pèse six cent quarante livrés romaines ou quatre cent quarante-trois livres poids de marc.

Le baril de vin a deux mille neuf cent soixante-seize pouces cubes ; le baril se divise en trente-deux bocali. La livre de Rome pèse six mille six cent trente-huit grains de France.

La livre des anciens Romains pesait six mille cent quarante-quatre grains. Le palmo da muratore a huit pouces trois lignes et un trentième.

Le conseil d’aller en Italie ne doit pas se donner à tout le monde. En ce pays il n’y a pas de jouissances de vanité, chacun doit vivre sur son propre fonds, on ne peut plus s’appuyer sur les autres. Plus la position dans le monde est brillante à Paris, plus vite on doit s’ennuyer en Italie.


TO THE HAPPY FEW.

FIN DE LA DEUXIÈME SÉRIE.