Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
61
LE ROSE ET LE VERT


d’esprit pitoyable que le calembour. Chacun s'était mis à raconter avec l’empressement le plus marqué les calembours nouveaux que l’on pouvait espérer être écoutés par le voisin. Mina remarqua que deux ou trois calembours, que réellement personne ne savait, amenèrent un moment de silence complet : l’assemblée était occupée à les deviner avec une anxiété visible.

Le maître de la maison ne voulut pas qu’on parlât politique devant le riche fabricant, futur ministre, auquel à ce titre une telle conversation ne pouvait pas convenir. Il coupa un commencement de politique en demandant au capitaine de la garde nationale qui arrivait du Havre comment cette ville se tirait de la crise commerciale de l’Amérique.

— On y vend tout à vil prix pour sauver les cotons.

— Mais, c'est Paris qui souffrira.

— Savez-vous que la maison Wolf, Tiger et Cie a déclaré qu’elle n'accepterait aucune traite d’Amérique à compter d’hier lundi.

À ce moment six personnes parlaient à la fois. Il faut rendre justice à ces Messieurs, ils ne criaient pas, mais chacun parlait en appuyant sur les mots et en faisant remarquer qu’il était parfaitement sûr des choses qu’il avançait. Cette