Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
112
ROMANS ET NOUVELLES


qui tente généreusement de m'ôter de dessus le cœur un poids qui m'étouffe. En vérité, monsieur, j’ai un bien maudit caractère, je retrouve en moi toute la rudesse qu’on reprochait, dit-on, à mon père et, lui, avait gagné des batailles. Vous devez connaître cette rudesse, vous avez souvent rendu service au père comme au fils [1]. Me pardonnez-vous, monsieur ?

— Ce n'est rien, j’ai cru voir le général, reprit l’abbé de l’air le plus paterne, et la reconnaissance du jeune duc fut au comble. Il prit la main de l’abbé et la serra avec enthousiasme. l’abbé laissa ce sentiment s'établir pendant quelques secondes, puis il ajouta savamment : « Votre âme est belle, Léon, et votre père en serait content. Mais il s'agissait d’un engagement d’honneur. »

— Mais, monsieur, que puis-je faire pour la religion de Rome ?

— Mon jeune ami, dites la religion, sans rien ajouter, tel est son titre vénérable. Un jour vous serez Pair, un jour peut-être vous serez général, car il faudra tôt ou tard que la monarchie renonce à mettre le premier venu à la tête de la force qui, comme un baril de poudre, peut

  1. Depuis : Je retrouve en moi, jusqu’Ici, Beyle a entouré son texte d’un trait de plume et a écrit au travers : Longueur peut-être. » N. D. L. E.