Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/165

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
123
LE ROSE ET LE VERT

L’abbé, voyant que le jeune duc avait la prudence de ne pas insister, se hasarda à dire qu’il n'y avait de la Restauration que des histoires écrites par l’esprit de parti éhonté et que sans doute le duc avait lu une de ces histoires.

Ce mot fit plaisir au duc et par son absurdité évidente facilita beaucoup la négociation ; le jeune duc venait d’être fort heureux, pour la première fois de sa vie il sentit un peu de supériorité sur l’abbé, et résolut bien de ne pas être exigeant dans le reste de la négociation. Peut-être bien qu’après tout, se disait-il, il est d’accord avec ma mère quoi qu’il m'ait donné sa parole d’honneur du contraire. » « Après tout on n'est pas prêtre pour rien », termina la justification bénigne du poing coupé [1] .

Après ce moment scabreux qui engagea l’abbé à parler seul un gros quart d’heure, la négociation marcha comme sur des roulettes [2]. Le duc donna la parole d’honneur demandée la veille et en ajoutant ces seuls mots : en choses faisables, après l’engagement de se conduire en bon et véritable catholique. L’abbé ajouta que pour l’exécution de cette parole le duc ne serait jamais en rapport qu’avec

  1. Ceci est-il trop dur ? Non, le trappiste Mauprat.
  2. Stile de 1750.