Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


AUX CURIEUX


Trieste, les 14 et 15 Janvier 1831.


N’ayant rien à lire, j’écris. C’est le même genre de plaisir, mais avec plus d’intensité. — Le poêle me gêne beaucoup. Froid aux pieds et mal à la tête.