Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
47
LE ROSE ET LE VERT


infiniment cependant, et surtout une loyauté parfaite qui lui montrait fort nettement les motifs des actions des hommes. Dans son inquiétude d’arriver sans connaissance à Paris, elle se faisait suivre par six domestiques fort dévoués et par une nombreuse argenterie.

Malgré sa raison, Madame Wanghen elle-même commençait à s'accoutumer à l’idée agréable d’arriver dans un pays où, à l’église, au spectacle, dans les lieux publics, elle n'aurait à souffrir de l’insolence officielle de personne.

— C'est que cette révolution que tout le monde désire passionnément chez nous, disait Mina, est déjà faite en France. À Kœnigsberg, au moment d’entrer dans un salon, que de fois n'avons-nous pas été obligées de nous retirer rapidement, et de faire une révérence respectueuse à quelque dame noble qui se présentait à la porte du salon en même temps que nous. Ni toi ni moi nous ne pouvons nous trouver dans un salon où il y a une Altesse ; s'il en survient quelqu’une, il faut disparaître à l’instant.

— Mais y a-t-il beaucoup d’Altesses à Paris, disait la bonne Madame Wanghen ?
٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠

On vit enfin ce Paris tant souhaité, on y arriva par une belle soirée du mois