Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
52
ROMANS ET NOUVELLES


vous enlèvera deux cents francs par mois en pièces de vingt sous. Mais, Mesdames, si vous voulez m'en croire, ne prenez jamais d’humeur pour si peu. Portez d’avance cette petite somme dans votre budget, les Français subalternes vous volent avec une grâce et un respect parfaits, tout à fait convenables. Ces gens-là ne sont même parfaitement comme il convient avec nous autres qu’au moment où il nous volent.

— Mais, Monsieur, y a-t-il opéra ce soir, dit Mina ?

— C'est vendredi, sans doute opéra français.

— Quoi, tu veux aller à l’Opéra, dit Madame Wanghen ?

— Si tu me le permets, ce sera un grand plaisir pour moi. M. le baron, qui a des bontés vraiment fraternelles pour de pauvres étrangères qui débutent, enverra un de ses gens louer une loge…

On fit tout cela, le baron trouvait admirable l’enfantillage de Mina : que d’esprit, disait-il ! Elle n'est jamais ridicule et toujours si près de l’être ! Car il ne doutait pas un instant que toute cette amabilité ne fût une comédie.

Elle doit être bien fatiguée le soir, et le baron triomphait de la finesse de ses conjectures lorsqu’il vit Mina s'endormir profondément en admirant la troisième scène de la Juive.