Page:Stendhal - Vie de Napoléon.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE IV


Il serait trop long de suivre le général Bonaparte aux champs de Monte-notte, d’Arcole et de Rivoli. Ces victoires immortelles doivent être racontées avec des détails qui en fassent comprendre tout le surnaturel[1]. C’est une grande et belle époque pour l’Europe que ces victoires d’une jeune République sur l’antique despotisme ; c’est pour Bonaparte l’époque la plus pure et la plus brillante de sa vie. En une année, avec une pauvre petite armée qui manquait de tout, il chassa les Allemands des rivages de la Méditerranée jusqu’au cœur de la Carinthie, dispersa et anéantit les armées sans cesse renaissantes que la maison d’Autriche envoyait en Italie, et donna la paix au continent. Aucun général des temps anciens ou modernes n’a gagné autant de grandes batailles en aussi peu de temps, avec des moyens aussi faibles et sur des ennemis

  1. En attendant mieux, voir l’Histoire de la guerre, par le général Dumas, l’Histoire des campagnes d’Italie, par le général Serran, et surtout le Moniteur et l’Annual Register.