Page:Stevens - Fables, 1857.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
109

Le ruisselet te représente enfant ;
Le fleuve, c’est bien toi : toi, dont l’âme inquiète
Roule mille projets, fruits de la vanité,
Jusqu’à ce que la Mort t’arrête
Aux portes de l’éternité !…