Page:Stevens - Fables, 1857.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
55

Les gros mots volaient dru, lorsque chez ce libraire
Entre un littérateur au goût pur et sévère.
Le savant tour à tour inspecte les rayons.
Son œil inquisiteur sur le bouquin s’arrête,
Il l’ouvre, le parcourt, l’admire et puis l’achète.
Il voit l’autre et le prend. — « le beau livre ! voyons
« Dit-il, quel est l’auteur illustre
À qui le relieur a prodigué ce lustre.
— D’un poète incompris c’était l’affreux début. —
Mais à peine a-t-il entrevu
Le titre et la première page,
Qu’il le rejette au loin en disant : « C’est dommage
« De voir doré de même un aussi pauvre ouvrage,
« Certes voilà de l’or perdu !… »

Un sot tout brillant de parures
Avec tous ses laquais, ses chevaux, ses voitures,
N’en est pas moins un sot esprit.
Rien n’est trompeur comme l’habit.
Si par son or peut briller l’imbécille
Ce ne sera jamais qu’un parvenu,
Que salûront les sifflets de la ville
Quand par Plutus il sera méconnu.
Le vrai talent, fut-il même en guenille,
Finit toujours par être bienvenu.