Page:Stevens - Fables, 1857.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
69

« Il en est de même de nous
« Et de vous.
« Nous avons les parfums, nous, fumier que nous sommes,
« Nous relevons les plats les plus fins, les plus beaux ;
« Vous autres, nobles glands ! méprisés par les hommes
« Servez de pâture aux pourceaux. »

Ils sont passés ces temps marqués d’ignominie,
Lorsque régnait partout la féodalité,
Et qu’un noble ignorant écrasait le génie
Du pauvre, eût-il été le roi de l’Harmonie.
Aujourd’hui nous n’avons plus qu’une royauté
Qui sans doute vaut bien tous les fleurons du monde,
C’est la royauté du talent.
L’ère quatre vingt-neuf, en souvenirs féconde,
Nous a mis tous au même rang.