Page:Stevens - Fables, 1857.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
83

 
« Me prends-tu pour un sot de croire à ces mensonges
« Que tu m’as débités d’un faux air de candeur ?…
«  Vas conter aux enfers ces pitoyables songes !… »
Il dit, et d’un seul coup de dent,
Étendit à ses pieds le parleur imprudent.

Ceci nous montre à l’évidence
Que lorsque qu’on vit parmi cette classe de gens
Conduits par l’ignorance en dépit du bon sens,
Il faut parler avec prudence
Et n’employer jamais de trop vrais arguments ;
Car ils dépasseraient leur piètre intelligence,
Et ces êtres bornés, par esprit de vengeance,
Vous causeraient mille tourments.