Page:Stevens - Fables, 1857.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XLVI.

LE LOUP ET L’AGNEAU.

.
Une fois un jeune agneau
Pauvre orphelin sur la terre,
S’abreuvait dans un ruisseau,
Quand un être sanguinaire
Le loup vint pour y laper.
Il l’aperçoit et s’arrête,
Grondant et branlant la tête ;
L’agneau se met à trembler…
— « Pourquoi, petit misérable,
« Dit le loup à l’agnelet,
« Bois-tu de ce ruisselet ?… »
— « Oh ciel ! si je suis coupable,
« Pardonnez puissant seigneur,
« J’ignorais cette défense
« Et je jure sur l’honneur… »
— « C’est assez. Fais-moi silence !
« Garde pour toi ton serment,
« Mais avoue à l’instant même
« Que tu parlas méchamment
« De moi, le dernier carême ?… »
— « Moi !… seigneur, je n’ai parlé ;
« Comment l’aurai-je pu faire,
« Puisque je n’étais pas né… »
— « Brigand ! veux-tu bien te taire ?…
« C’étaient tes frères alors ?… »