Page:Stevens - Fables, 1857.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
99

Pauvres gens que poursuit l’ardente soif du gain,
Et qui, riches déjà, pour l’être davantage
       Laissez le sûr pour l’incertain ;
       Méditez cet antique adage
       Et surtout pratiquez-le bien :
Lorsqu’on veut trop gagner, bien souvent l’on n’a rien.