Page:Stowe - Marion Jones.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Bien qu’un peu surpris de cette brusque transition, le père Adams trouva l’observation trop flatteuse pour ne pas y répondre avec empressement ; il répondit avec une grimace de satisfaction :

— Sans doute, je ne vois pas pourquoi le fils d’un pauvre homme n’aurait pas autant le droit de monter que le fils de tout autre, s’il peut y atteindre.

— C’est juste, répliqua M. Dudley.

— Il a toujours montré des dispositions pour apprendre, et rien que pour cela. À la ferme on n’en pouvait rien faire. Si je l’envoyais battre du grain ou entasser des pommes de terre, je le trouvais à la chasse des mulots ou des écureuils ; mais avec un livre il était à son affaire. Il apprit plus vite qu’aucun garçon du village ; il n’y avait pas un mois qu’il avait commencé son ABC, qu’il lisait déjà les fables, et un mois plus tard dans l’Ancien Testament ; et vous voyez, au collège, il est arrivé le premier.

— Et il revient ici la semaine prochaine, dit M. Dudley d’un air pensif.

Le lendemain, à son déjeuner, il fit observer à sa femme : — Sally, n’avez-vous pas l’intention de mettre la nappe (expression