Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


rité. Vous allez donc, Monsieur, avoir sur l’heure la bonté d’articuler nettement, positivement, en quoi et pourquoi mon mariage avec madame de Blainville a pu déshonorer votre famille ; sinon, et j’en prends à témoin les personnes ici présentes, je regarde votre silence comme le désaveu formel d’un outrage dont vous reconnaissez l’injustice, et dont vous me faites ainsi humblement et silencieusement vos excuses. Ces excuses me suffiront, et ma femme et moi nous nous retirerons satisfaits.

— Des excuses , Monsieur ! — s’écria le prince indigné ; — des excuses, moi, jamais !!!

— Alors, Monsieur, articulez un fait con-