Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 12.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec un élan de généreuse indignation, — vous, la sœur de mon père ! Ah ! madame… madame !

— En vérité, ma nièce, je tombe des nues ! — reprit en toute sincérité la marquise abasourdie. — Quoi ! je vous méprise, parce que je vous cite le sort enviable d’une noble jeune fille qui a eu l’honneur insigne de servir les intérêts d’État du grand roi notre maître… et de…

— Madame, — reprit Berthe d’une voix altérée en interrompant la marquise, — depuis bientôt dix-huit mois que j’ai eu le malheur de perdre ma mère, j’ai vécu près de vous à Paris ou à Versailles, je croyais être quelque peu connue de vous ; je me suis trompée, puisque vous paraissez surprise de ce qu’une infamie me révolte…

— Une infamie !…

— Non pas une, mais plusieurs, — reprit avec une sardonique amertume mademoiselle de Plouernel ; — Tenez, madame, il me faut bien vous le dire ; grâce à la licence du langage et des mœurs qui règne dans votre salon, à la cour et partout ailleurs, j’ai été malgré moi instruite de choses qu’une jeune fille ne devrait jamais seulement soupçonner.

— Et qu’avez-vous donc appris, s’il vous plaît, ma nièce ?

— J’ai appris, madame, entre mille indignités, celle-ci… Le roi Charles II hésitait encore à déclarer la guerre à la république de Hollande, où nous recevons en ce moment l’hospitalité ; Louis XIV charge madame la duchesse d’Orléans de vaincre, à l’aide de certains moyens, l’indécision de son frère, Charles II. Elle y consent, part pour Londres, munie d’une somme d’argent considérable [1], et

  1. La vénalité de Charles II est surabondamment démontrée par cet article du traité secret entre la France et l’Angleterre. — « Comme par la traité signé à Douvres, le 14 juin 1670, et ratifié le 20 juin, il est accordé que nous recevrons deux millions de livres tournois pour nous assister et nous déclarer catholiques, et trois millions chacune année pour la dépense d’une guerre contre les Hollandais, nous déclarons par ces présentes que, dans les cinq millions dont il est fait mention, nous avons reçu ces deux millions, dont nous baillerons quittance, comme bon pour la catholicité. En foi de quoi, etc., etc.
    ...............................» Charles, roi. »
    …...(Archives des affaires étrangères, 1670, Angleterre, supplément.)