Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 12.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas de retour au château, le mariage serait encore ajourné. Aussi, non content d’envoyer à la recherche de sa sœur plusieurs de ses gens dans toutes les directions du parc immense qui avait près de deux lieues de tour, le comte monta lui-même à cheval avec M. de Châteauvieux, dans l’espoir de rencontrer mademoiselle de Plouernel, tandis que, pour se livrer de leur côté aux mêmes recherches, l’abbé Boujaron et madame du Tremblay montaient en calèche.


Les ruines de l’ancien manoir féodal de Plouernel s’élevaient à la cime d’une montagne abrupte, jadis aride, mais plantée de bois depuis qu’elle servait de point de vue au château moderne dont elle limitait au nord le vaste parc. L’antique donjon, ainsi que tous les châteaux forts seigneuriaux du moyen âge, avait une issue secrète et souterraine, débouchant à une grande distance du manoir ; grâce à cette issue, le seigneur, toujours guerroyant contre ses voisins, pouvait fuir et échapper à ses ennemis, lorsque, longtemps assiégé, il se voyait sur le point d’être forcé dans son repaire. Le souterrain du donjon de Plouernel, jadis creusé dans le roc vif par les serfs avec des labeurs inouïs, communiquait d’un côté aux étages construits au-dessous du niveau du sol et où se trouvaient alors les prisons, les chambres tortionnaires, les oubliettes du manoir, et de l’autre côté aboutissait par une pente rapide au pied de la montagne à la cime de laquelle s’élevait le donjon. Cette dernière issue s’ouvrait actuellement au dehors et à proximité du parc planté d’arbres séculaires. L’une des nombreuses portes de ce parc et l’une des plus voisines du château moderne donnait extérieurement sur une allée pratiquée à travers la forêt, dépendant des domaines du comte de Plouernel ; à droite de cette allée qui rejoignait la grande route de Rennes, s’étendait une haute futaie, et à deux cents pas environ de sa lisière, au plus épais du bois, débouchait le souterrain du donjon. Cette issue, obstruée pendant des siècles par des brous-