Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 12.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tent de nouveau de se fédérer républicainement. Ils divisent en huit cercles ou États les provinces où ils sont en majorité, nomment un chef pour diriger le mouvement de chaque cercle, et au jour convenu, ils se lèvent en armes contre la royauté. Le duc de Rohan, choisi pour commander le haut Languedoc et la Guyenne, entre en campagne, ainsi que son frère, le duc de Soubise. Louis XIII et de Luynes, son favori, devenu connétable, investissent Montauban, le 18 juin ; mais après trois mois de siège et des pertes considérables, l’armée royale bat en retraite devant le duc de Rohan, nommé généralissime des Églises réformées. Il semblait avoir hérité du génie militaire et des vertus de Coligny. Enfin, après plusieurs victoires, les huguenots obtiennent, par la force, le rétablissement de l’édit de Nantes, conservent leurs places de sûreté : Montauban et La Rochelle ; à ces conditions, ils déposent les armes et signent la paix, le 9 octobre 1623. Cette paix ne devait pas être de longue durée ; les protestants allaient avoir à combattre l’un de leurs plus redoutables ennemis, non pas au point de vue religieux, car ce prêtre, non plus que Henri IV, se souciait aussi peu de la messe que du prêche, mais il se souciait fort du côté politique et républicain du protestantisme ! Cet homme redoutable était Armand Duplessis, cardinal de Richelieu, appelé au conseil de Louis XIII depuis deux ans à peine, et déjà devenu, d’évêque de Luçon, prince de l’Église et premier ministre. Amant de Marie de Médicis, ainsi que l’avait été Concini, le cardinal de Richelieu devait à la dépravation de cette reine le commencement de la prodigieuse fortune qu’il couronna par son génie ; génie incomplet, souvent aveugle, hautain, inexorable, irascible, pervers, mais puissant… Doué d’un empire absolu sur lui-même, d’une volonté de fer, d’une sagacité profonde, confiant en lui, méprisant les hommes, diplomate habile et tortueux, négociateur souterrain et corrupteur, sans scrupule sur le choix ou la nature des expédients, et, comme Louis XI, capable d’atrocités, non par cruauté native, mais par calcul d’intérêt politique ou parti-