Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


n’étaient guère qu’une vingtaine à cheval, bien équipés, mais une centaine de gens de pied, armés de piques et de bâtons, les accompagnaient ; les uns étaient Franks, les autres appartenaient à la cité de Clermont, requise, au nom du roi, par le comte Neroweg, d’envoyer des hommes à la poursuite des Vagres ; plusieurs esclaves de l’évêque Cautin qui, par peur de l’enfer, n’avaient pas voulu courir la Vagrerie après l’incendie de la villa épiscopale, augmentaient la troupe de Neroweg. La troupe de Ronan, y compris les nouvelles recrues décidées à combattre, s’élevait à quatre-vingts hommes au plus.

Dans cette épineuse occurrence, on tint conseil en Vagrerie… Que décida-t-on ? plus tard on le saura.




Depuis une demi-heure, l’arrivée du comte et de ses leudes a été annoncée par les vedettes ; les Vagres ont disparu ; au milieu des clairières où ils ont festoyé durant la nuit, il ne reste que les débris du festin, des outres vides, des vases d’or et d’argent semés sur l’herbe foulée ; près de là sont les chariots emmenés de la villa épiscopale, et plus loin les carcasses des bœufs près d’un brasier fumant encore… Profond est le silence de la forêt… Bientôt un esclave de la villa, l’un des pieux guides des leudes, sort du fourré dont la clairière est entourée ; il s’avance d’un pas défiant, prêtant l’oreille et regardant autour de lui, comme s’il redoutait quelque embûche ; mais à la vue des débris du festin, il fait un mouvement de surprise et se retourne vivement ; il allait sans doute appeler la troupe qu’il précédait de loin, lorsqu’à l’aspect des vases d’or et d’argent, dispersés sur l’herbe, ce bon catholique réfléchit, court au butin, se saisit d’un calice d’or qu’il cache sous ses haillons ; puis il appelle les leudes à grands cris en disant :

— Par ici ! par ici !…

On entend d’abord au loin, et se rapprochant de plus en plus, un