Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


esclavage, Jésus de Nazareth ayant dit : Les fers des esclaves doivent être brisés. Il fallait enfin, et par l’influence divine dont il se disait dépositaire, et surtout par ses propres exemples, que le clergé s’occupât sans relâche de rendre les Franks humbles, humains, charitables, sobres, chastes, désintéressés. Or, que fait le clergé gaulois pour établir cette puissance morale civilisatrice ? Des richesses ensanglantées, fruit du pillage et du meurtre de ses concitoyens, il en demande sa part aux conquérants. Ces esclaves, ses frères, il les reçoit en don ou les achète, les exploite et les garde en esclavage !… lui !… qui prétend agir et parler au nom du Christ !… Oui… Jusqu’au huitième siècle le clergé a eu des esclaves, comme il a eu des serfs et des vassaux jusqu’au dix-huitième : il n’y a pas de cela soixante ans. Les crimes horribles des conquérants, le clergé les absout moyennant finance, et les tolère quand il ne les sanctifie. Lisez plutôt saint Grégoire, évêque de Tours, le seul historien complet de la conquête.

Après une nomenclature des crimes innombrables du roi Clovis, l’évêque poursuit ainsi :

« Après la mort de ces trois rois (qu’il fit tuer), Clovis recueillit leurs royaumes et leurs trésors. Ayant fait périr encore plusieurs autres rois et même ses plus proches parents, dans la crainte qu’ils ne lui enlevassent son royaume, il étendit son pouvoir sur toutes les Gaules ; cependant ayant un jour rassemblé les siens, on rapporte qu’il leur parla ainsi des parents qu’il avait lui-même fait périr :

« Malheur à moi, qui suis resté comme un voyageur parmi des étrangers, et qui n’ai plus de parents qui puissent, en cas d’adversité, me prêter leur appui ! — Ce n’était pas qu’il s’affligeât de leur mort (ajoute Grégoire de Tours), mais il parlait ainsi par ruse et pour découvrir s’il lui restait encore quelqu’un à tuer (si forte potuisset adhuc aliquem reperire ut interficeret). Après ces événements, Clovis mourut à Paris, et fut enterré dans la basilique des saints apôtres. » (L. II, p. 261.)

Cette scène atroce, où la ruse du sauvage le dispute à sa férocité, inspire-t~elle au prêtre chrétien une légitime horreur ? Va-t-il crier anathème ?… ou du moins gardera-t-il un silence presque criminel ?… Écoutons encore l’évêque de Tours :

« Le roi Clovis, qui confessa l’Indivisible Trinité, dompte les hérétiques, par l’appui qu’elle lui prête, et étend son royaume par toutes les Gaules. (L. III, p. 955.)

» Chaque jour, Dieu faisait ainsi tomber les ennemis de Clovis sous sa main, et étendait son royaume, parce qu’il marchait avec un cœur pur devant lui, et faisait ce qui était agréable aux yeux du Seigneur. » (L. II, p. 255.)

De bonne foi, quelle puissance morale et civilisatrice attendre d’un clergé dont l’un des plus éminents représentants s’exprime ainsi ? d’un clergé qui comptait parmi ses membres ce saint Rémi, le conseiller habituel de ce monstre couronné, dont les forfaits révoltent la nature ?

« Que voulez-vous ? c’étaient les mœurs du temps ! — disent certains historiens… — Et puis, que pouvaient faire les évêques contre cette invasion barbare ? Ne devaient-ils pas tâcher de dominer les Franks par l’ascendant de notre sainte religion, afin de leur reprendre, par la persuasion, une partie des biens et des richesses qu’ils avaient conquis à l’aide de la violence… Il fallait enfin civiliser ces barbares par l’influence chrétienne. »

Or, l’histoire apprend quelle fut l’influence civilisatrice de la religion sur ces fils de l’Église et sur leur descendance, dont les crimes surpassèrent encore ceux du fondateur de cette dynastie de meurtriers, de fratricides et d’incestueux.

Les mœurs du temps ! les mœurs du temps ! répètent les historiens. Que fait le temps à la morale des choses ? Est-ce que le meurtre, l’inceste, le fratricide, n’ont pas été réprouvés avec horreur, même par l’antiquité païenne ? Et vous, prêtres catholiques, cédant à votre ambition et à votre cupidité traditionnelles, loin de tonner du haut de votre chaire évangélique contre les crimes inouïs des conquérants de votre pays, vous les sanctifiez, parce que ces féroces barbares confessent votre Trinité, votre Dieu et surtout enrichissent vos églises en se laissant subalterniser par votre habituelle astuce !

Je me trompe, les évêques qui enregistraient si benoîtement les crimes des rois, dont ils étaient grassement payés, avaient parfois de véhémentes paroles de blâme contre les puissants du monde. Grégoire de Tours traita de Néron Chilpéric, un des fils de Clovis. Ce pauvre Chilpéric n’était pourtant ni plus ni moins Néron que ceux de sa race. « Mais, — dit l’évêque de Tours, — ce Chilpéric invectivait continuellement contre les prêtres du Seigneur, ne trouvant pas de prétexte plus fécond pour ses dérisions et ses persécutions que les évêques des églises : l’un, selon lui, était léger ; l’autre superbe ; l’autre débauché ; l’autre trop riche ; il ne haïssait rien tant que les églises. Il disait ordinairement : — Voici que notre fisc est appauvri ; nos richesses ont passé aux églises. — Et en se plaignant ainsi, il annulait souvent des donations faites au clergé. »

On le voit, la tradition ultramontaine n’a pas varié : ambition effrénée, cupidité implacable…

Que pouvaient faire les évêques contre l’invasion des Franks, dites-vous ? Ils devaient imiter le patriotique héroïsme des Druides, qu’ils ont fait périr jusqu’au dernier dans les supplices !… Oui, la croix d’une main, l’étendard gaulois de l’autre, les évêques, au lieu de prêcher une guerre de religion et de pillage contre les ariens, devaient prêcher la guerre nationale contre les Franks, la guerre de l’indépendance, cette guerre sainte, trois fois sainte, du Peuple qui défend son foyer, sa famille, son pays et son Dieu !… Que pouvaient faire les évêques ?… Appeler aux armes la vieille Gaule au nom de la Patrie et de la Foi chrétienne menacées par les barbares !…

Oh ! alors, à cette voix véritablement divine, les Peuples se soulevaient en masse, et comme au jour de la sublime influence druidique, les Vercingetorix, les Alarik, les Civilis, les Sacrovir, les Vindex, héros patriotes, auraient surgi du flot populaire ; vieillards, femmes, enfants, comme aux jours de l’invasion romaine, auraient marché à l’ennemi ; lances, épées, fourches, faux, pierres, bâtons, tout eût