Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 5.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


thoald resta frappé d’admiration, et ressentit soudain pour cette infortunée un intérêt inexprimable ; Karl lui-même ne put s’empêcher de s’écrier : — Foi de Marteau ! la jolie fille ! moine, tu choisis tes esclaves en connaisseur !

— Que viens-tu faire ici ? — s’écria brutalement le père Clément, furieux d’avoir vu la donation lui échapper ; puis, se retournant vers les deux esclaves, immobiles au seuil de la porte : — Pourquoi ne l’avez-vous pas encore châtiée, cette misérable ?

— Mon père… nous allions la dépouiller de ses vêtements pour l’attacher au chevalet malgré sa résistance, lorsqu’elle nous a échappé.

— Oh ! mon père, — s’écria Septimine d’une voix suffoquée par les sanglots, et tendant vers l’abbé ses mains suppliantes, — faites-moi mourir, mais épargnez-moi tant de honte…

— Seigneur, — s’écria le père Clément, — c’est cette esclave qui voulait faire évader le jeune prince ! Double scélérate !… c’est toi qui es cause de tous nos maux ! c’est nous que l’on punit de ton complot ! tu le payeras cher. Qu’on l’emmène, — ajouta-t il, de plus en plus courroucé, en se tournant vers les esclaves, — qu’on la châtie sur l’heure !

Les esclaves firent un pas dans la chambre ; mais Berthoald, les arrêtant d’un geste menaçant, s’approcha de Septimine, et, lui tendant la main : — Ne crains rien, pauvre enfant ; Karl, le chef des Franks, ne souffrira pas que tu sois châtiée.

La jeune fille, n’osant encore se relever, tourna son charmant visage vers Berthoald, et resta non moins frappée de la générosité du jeune homme que de sa beauté. En ce moment, leurs regards se rencontrèrent ; Berthoald ressentit une émotion profonde, tandis que Karl disait à la Coliberte : — Allons, je te fais grâce… mais pour quoi diable, ma fille, te mêles-tu de faire évader ce royal marmot ?

— Hélas ! seigneur, il est si malheureux ! Mon père et ma mère ont été, comme moi, apitoyés : voilà tout notre crime… Seigneur, je vous le jure sur le salut de mon âme… — Et les sanglots étouffè-