Page:Sully Prudhomme - Œuvres, Poésies 1872-1878.djvu/217

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
205
poésies diverses.


Les caffieri


Sonnet


Sur le livre de J. Guiffrey


Dans les maîtres anciens, dont les mœurs ont péri,
L’artiste et l’artisan ne se séparent guère :
Le sculpteur sait dorer, n’estimant trop vulgaire
Aucune tâche utile à son œuvre chéri.

Tels, aux lois d’un goût sûr, les premiers Caffieri
Domptent le bronze et l’or aussi bien que la terre ;
Le dernier, consommant la lutte héréditaire,
Attaque enfin le marbre en athlète aguerri !

Mais le ciseau légué, dont il grandit l’usage,
Pour modèle prend moins les dieux au froid visage
Que les mortels épris du laurier des Neuf Sœurs ;

À l’oisive beauté, fleur d’une vie heureuse,
Il ose préférer, sur le front des penseurs,
Le pli laborieux qu’une âpre veille y creuse.