Page:Sulte - Histoires des Canadiens-français, 1608-1880, tome VI, 1882.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE VIII


LOUISIANE.


1713-1740


Lamothe-Cadillac. — Commerce presque anéanti. — Pauvreté générale. — Mauvais choix d’émigrants. — Les mines d’or. — Juchereau de Saint-Denis à Mexico. — Bienville remplace Lamothe-Cadillac. — Compagnie des Indes et banque de Law. — Beaucoup de nouveaux colons. — Guerre avec l’Espagne. — La Nouvelle-Orléans. — Organisation de la colonie. — Périer succède à Bienville. — Stagnation des affaires ; peu de culture. — Soulèvement des Natchez. — Bienville redevient gouverneur. — Guerre de dix ans contre les sauvages.


B
ienville est le plus grand nom de la Louisiane sous le régime français. Il en a été comme le Champlain, quoique les rôles de ces deux personnages présentent dans les détails de notables différences. La faute commise après le décès de d’Iberville était de n’avoir pas encouragé la culture du sol. Ceci retombe sur le gouvernement ; tout fait supposer que Bienville n’était pas libre d’agir dans ce sens. On aggrava cette erreur d’administration en nommant M. de Lamothe-Cadillac et en confiant les intérêts de la province à une compagnie marchande, dont le nouveau gouverneur était l’un des actionnaires et se trouvait en outre revêtu de privilèges équivalent à ceux des directeurs. Il arriva avec sa famille, [1] le 5 juin 1713, sur la frégate Le Baron de La Fosse, commandée par M. de la Jonquière et portant quatre cent mille livres de marchandises. Au nombre des passagers étaient M. Duclos, commissaire-ordonnateur, M. de Richebourg, capitaine de dragon réformé, M. Lebas, contrôleur, et M. Dirigouin, directeur. Durant les trois années qui suivirent on rencontre les noms suivants dans les archives de la colonie : — 1713 : De Raimondville, Laloire des Ursins, contrôleur ;

  1. À Québec le 7 juin 1701, madame de Lamothe-Cadillac mit au monde un enfant qui fut inhumé deux jours après. On la retrouve au Détroit, du 2 février 1704 au 18 mars 1710. Le 7 mai de cette dernière année, son mari était encore au Détroit. Leur fils, Louis-René, fut inhumé à Québec le 7 octobre 1714. (Notes de M. l’abbé Tanguay et de M. Silas Farmer, historien du Détroit.)