Page:Sulte - Histoires des Canadiens-français, 1608-1880, tome VI, 1882.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
81
HISTOIRE DES CANADIENS-FRANÇAIS

commode, l’étendue de laquelle nouvelle paroisse, sera de la Grande île Bouchard, d’environ deux lieues de longueur, située vis-à-vis Saint-Sulpice, de la Petite île Bouchard, d’environ demie lieue de longueur, entre la dite Grande île et le dit territoire de Saint-Sulpice, plus du bout d’en haut de l’île Marie, située dans le chenal du sud, proche la dite Grande île Bouchard sur lequel bout d’en haut sont neuf chefs de famille qui seront de la dite nouvelle paroisse et en attendant que la dite église paroissiale soit construite, et qu’il y ait un curé, tout ce qui vient d’être réglé pour le district de la dite nouvelle paroisse, sera desservi par voie de mission, par le curé de Saint-Sulpice, à l’effet de laquelle mission, il est aussi permis aux dits seigneur et habitants de faire construire une chapelle dans le lieu le plus convenable, dans laquelle chapelle le dit curé de Saint-Sulpice, sera tenu d’aller dire la messe une fois tous les mois, un jour de fête ou de dimanche, et d’y faire le catéchisme aux enfants.

Repentigny ou Notre-Dame de l’Assomption : — deux lieues de front que contient le dit fief, à prendre du côté d’en bas, depuis Saint-Sulpice, en remontant le long du fleuve, jusqu’à la rivière de l’Assomption, de l’île Bourdon, située vis-à-vis l’embouchure de la dite rivière, les profondeurs du dit fief renfermées dans ces bornes, jusqu’à la dite rivière de l’Assomption, plus les habitants de la seigneurie de la Chesnaye qui sont établis sur le bord de la dite rivière de l’Assomption, au nord d’icelle, étant au nombre de dix-sept chefs de famille, depuis et compris l’habitation de Louis Douvier, en remontant la dite rivière, jusqu’aux terres de la seigneurie de Saint-Sulpice.

La Chesnaye : — Sur les représentations du seigneur et des habitants de ce fief, il leur est permis de construire une église paroissiale et un presbytère, sur le terrain à ce destiné, l’étendue de laquelle nouvelle paroisse sera de deux lieues de front que contient le dit fief, le long de la rivière Jésus ou de la Chesnaye, en remontant la dite rivière, jusqu’au fief de Terrebonne, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes, à l’exception des dix-sept chefs de famille établis au nord de la dite rivière l’Assomption, sur le bord d’icelle, depuis et compris l’habitation de Louis Douvier, qui seront de la paroisse de Repentigny, comme ils y ont été joints ci-dessus, et en attendant que la dite église paroissiale soit construite et qu’il y ait un curé, l’étendue que doit avoir la dite nouvelle paroisse continuera à être desservie, par voie de mission, par le curé de l’île Jésus.

Terrebonne, et le fief des héritiers l’Angloiserie et Petit : — Ces fiefs contiennent six lieues et demie de front, savoir : le premier, deux lieues, depuis la Chesnaye, en remontant la rivière de Jésus ; et le second, quatre lieues et demie, aussi en remontant la dite rivière ; le premier étant peu établi, continuera à être desservi, par voie de mission, par le curé de Saint-François de Salles de l’île Jésus, jusqu’à ce qu’il y ait une paroisse plus proche, ou qu’il y ait lieu d’y ériger une paroisse, et il sera pourvu à faire desservir le second, aussi par voie de mission, lorsqu’il y aura des établissements.

L’île Jésus ou Saint-François de Salles : — une lieue de chaque côté, savoir : une lieue sur la rivière des Prairies, en remontant, jusqu’à l’habitation de Charles Dazé, icelle comprise, et une lieue sur la rivière de Jésus, dite de la Chesnaye, en remontant, jusqu’à l’habitation