Page:Swarth - Octobre en fleur, 1919.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
regrets.


Mais j’attendais l’amour, désireuse et peureuse
De quitter à jamais votre haleine berceuse.

Je n’étais pas heureuse et j’attendis longtemps,
Et quand parut l’aimé, je n’avais plus vingt ans.

Mais au premier regard plein d’ivresse ingénue,
Son cœur cria : — « C’est elle ! » II m’avait reconnue.

Je l’avais reconnu, mon cœur chantait : — « C’est lui ! »
Et les tilleuls étaient en fleur, comme aujourd’hui.