Page:Swift - Gulliver, traduction Desfontaines, 1832.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tomber dans un plat de lait, et aussitôt s’enfuit. J’en eus par-dessus les oreilles ; et, si je n’avais été un nageur excellent, j’aurais été infailliblement noyé. Glumdalclitch, dans ce moment, était par hasard à l’autre extrémité de la chambre. La reine fut si consternée de cet accident, qu’elle manqua de présence d’esprit pour m’assister ; mais ma petite gouvernante courut à mon secours, et me tira adroitement hors du plat, après que j’eus avalé plus d’une pinte de lait. On me mit au lit : cependant, je ne reçus d’autre mal que la perte d’un habit qui fut tout-à-fait gâté. Le nain fut bien fouetté, et je pris quelque plaisir à voir cette exécution.

Je vais maintenant donner au lecteur une légère description de ce pays, autant que je l’ai pu connaître par ce que j’en ai parcouru. Toute l’étendue du royaume est environ de trois mille lieues de long et de deux mille cinq cents lieues de large ; d’où je conclus que nos géographes de l’Europe se trompent lorsqu’ils croient qu’il n’y a que la mer entre le Japon et la Californie. Je me suis toujours imaginé qu’il devait y avoir de ce côté-là un grand continent, pour servir de contre-poids au grand continent de Tartarie. On doit donc corriger les cartes, et joindre cette vaste étendue de pays aux parties nord-ouest de l’Amérique ; sur quoi je suis prêt d’ai-