Page:Swift - Gulliver, traduction Desfontaines, 1832.djvu/423

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


taines manières le font préjuger. Au surplus, je laisse aux docteurs en matière de colonies à discuter cet article, et à examiner s’il ne fonde pas un titre clair et incontestable pour le droit de la Grande-Bretagne.

Après avoir ainsi satisfait à la seule objection qu’on me peut faire au sujet de mes voyages, je prends enfin congé de l’honnête lecteur qui m’a fait l’honneur de vouloir bien voyager avec moi dans ce livre, et je retourne à mon petit jardin de Redriff pour m’y livrer à mes spéculations philosophiques.