Page:Swift - Gulliver, traduction Desfontaines, 1832.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


je devais avoir un appétit dix-huit cent soixante-quatorze fois plus grand que le leur ; d’où le lecteur peut juger de l’esprit admirable de ce peuple, et de l’économie sage, exacte et clairvoyante de leur empereur.


CHAPITRE IV.

Description de Mildendo, capitale de Lilliput, et du palais de l’empereur. — Conversation entre l’auteur et un secrétaire d’État, touchant les affaires de l’empire. — Offres que l’auteur fait de servir l’empereur dans ses guerres.

La première requête que je présentai, après avoir obtenu ma liberté, fut pour avoir la permission de voir Mildendo, capitale de l’empire ; ce que l’empereur m’accorda, mais en me recommandant de ne faire aucun mal aux habitans, ni aucun tort à leurs maisons. Le peuple en fut averti par une proclamation qui annonçait le dessein que j’avais de visiter la ville. La muraille qui l’environnait était haute de deux pieds et demi, et épaisse au moins de onze pouces ; en sorte qu’un carrosse pouvait aller dessus et faire le tour de la ville en sûreté ; elle était