Page:TMI - Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, vol. 1, 1947.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il joua un rôle important dans la « solution finale » de la question juive. En septembre 1942, il ordonna aux représentants diplomatiques allemands accrédités auprès de certains satellites de l’Axe d’accélérer la déportation des Juifs vers l’Est. En juin 1942, l’ambassadeur d’Allemagne à Vichy demanda à Laval de livrer cinquante mille Juifs pour les déporter vers l’Est. Le 25 février 1943, von Ribbentrop protesta auprès de Mussolini contre la lenteur des Italiens à déporter les Juifs de la zone d’occupation italienne en France. Le 17 avril 1943, il assista à un entretien entre Hitler et Horthy au sujet de la déportation des Juifs de Hongrie et fit connaître au Régent de ce pays que les « Juifs devaient être soit exterminés, soit mis dans des camps de concentration ». À la même conférence, Hitler avait assimilé les Juifs à des « bacilles tuberculeux » et dit que s’ils ne travaillaient pas, il fallait les fusiller.

Von Ribbentrop, pour se défendre contre les accusations portées contre lui, prétend que Hitler prenait toutes les décisions importantes et que lui-même, en admirateur et fidèle disciple, ne mettait jamais en doute les assertions répétées de Hitler concernant son désir de paix, ou le bien-fondé des raisons qu’il donnait pour justifier sa politique d’agression. Le Tribunal estime que cette explication n’est pas conforme aux faits.

En résumé, von Ribbentrop a participé à toutes les agressions nazies, depuis l’occupation de l’Autriche jusqu’à l’invasion de l’Union Soviétique. Encore qu’il soit personnellement impliqué dans la préparation diplomatique plutôt que dans la réalisation militaire de ces actes, il n’en reste pas moins que tous ses efforts de diplomate étaient en liaison si étroite avec la guerre qu’il ne pouvait ignorer le caractère agressif des actes de Hitler. Dans l’administration des territoires dont l’Allemagne s’était injustement emparée, von Ribbentrop a participé à l’application de méthodes criminelles incluant en particulier celles qui ont abouti à l’extermination des Juifs. Au surplus, de nombreuses preuves démontrent que von Ribbentrop était en complet accord avec la doctrine du parti nazi et que c’est sans réserve qu’il a collaboré avec Hitler et d’autres accusés à la perpétration de crimes contre la Paix, de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité. C’est en raison de son accord total avec la politique et les plans de Hitler, que von Ribbentrop l’a suivi si complaisamment jusqu’au bout.


Conclusion.

Le Tribunal déclare :

Que l’accusé von Ribbentrop est coupable des crimes visés par les quatre chefs de l’Acte d’accusation.