Page:TMI - Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, vol. 1, 1947.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


après 1918 ; en 1936, il devint commandant en chef de l’arme sous-marine ; il fut nommé vice-amiral en 1940, amiral en 1942 et, le 30 janvier 1943, commandant en chef de la Marine allemande. Le 1er mai 1945, succédant à Hitler, il devint chef de l’État.


Crimes contre la Paix.

Il n’a pas été prouvé que Dönitz, bien qu’il eût construit et entraîné l’arme sous-marine allemande, ait participé au complot ourdi en vue de faire des guerres d’agression ou qu’il ait préparé et déclenché ces guerres. Il travaillait dans la section des opérations et s’occupait uniquement des questions tactiques. Il n’a pas assisté aux importantes conférences au cours desquelles furent exposés les plans de guerre d’agression et il n’est pas prouvé qu’il ait été au courant des décisions prises à ces conférences. Dönitz, cependant, a mené une guerre d’agression au sens que le Statut donne à ce mot. La guerre sous-marine qui a été déclenchée immédiatement après le début des hostilités, a été menée en pleine coordination avec les autres branches de la Wehrmacht ; il est clair que les sous-marins de Dönitz quoique peu nombreux à l’époque, étaient pleinement préparés à faire la guerre.

Il est vrai que, jusqu’à sa nomination, le 30 janvier 1943, au poste de commandant en chef, Dönitz n’était pas un « Oberbefehlshaber ». Cependant, il ne faut pas sous-estimer l’importance de sa position : il n’était pas un simple commandant d’armée ou de division. L’arme sous-marine que commandait Dönitz constituait l’élément principal de la flotte allemande. En effet, si la flotte de haute mer a bien fait quelques raids spectaculaires, ceux-ci ont été en réalité peu importants et les coups les plus graves que les Alliés ont reçus leur ont été portés par les sous-marins ; les milliers de tonnes de navires alliés et neutres envoyés par le fond en témoignent. De cette guerre, Dönitz était le seul responsable ; la Direction des opérations navales se réservait seulement la tache de décider du nombre de sous-marins à affecter à chaque zone.

Comme préparation à l’invasion de la Norvège, Dönitz fit, en octobre 1939, à propos de la question des bases sous-marines, des suggestions dont il prétend qu’elles ne constituaient qu’une étude d’état-major et, en mars 1940, il lança les ordres d’opérations qui concernaient les sous-marins de renfort et dont il a été déjà fait mention.

Le rôle important qu’on lui reconnaissait dans l’effort de guerre allemand ressort clairement du fait que Raeder le désigna comme son successeur et que Hitler le nomma, le 30 janvier 1943, commandant en chef de la Marine. Hitler, lui aussi, connaissait la part essentielle prise par l’arme sous-marine dans la guerre maritime menée par l’Allemagne.