Page:Taché - Les histoires de M. Sulte, 1883.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’un évêque a mis des obstacles à se créer un clergé au sein de son troupeau : c’est un acte de démence que cette assertion de M. Suite. Il entremêle tout cela de petits compliments, et il y a des gens qui seraient disposés à s’en contenter. Il y on a d’autres, à qui M. Sulte a tant de fois parlé de ses découvertes historiques, qu’ils sont sérieusement tentés d’y croire.

— M. Sulte affirme, me disait, il n’y a pas longtemps, un digne ami à moi, qui n’a qu’un défaut, celui d’avoir une trop grande confiance dans les manuscrits et dans les imprimés, M. Sulte affirme qu’il a découvert des documents qui l’autorisent dans ses attaques.

Des documents ! Quelle sinistre naïveté !

Est-ce que, depuis le commencement de la lutte entre la sagesse et la folie, entre la vérité et le mensonge, entre le bien et le mal, est-ce que la folie, le mensonge et le mal ont jamais manqué de documents, de témoins et d’avocats : est-ce qu’ils ont jamais manqué de partisans : est-ce qu’ils n’ont pas toujours pu compter sur la sottise ou la lâcheté d’une masse de gens qui restent spectateurs indifférents, si pas mal disposés, de la lutte, et cela avec une apparente sûreté de conscience ?

Songez donc aux documents et aux témoins qui furent produits devant le tribunal de Ponce-Pilate, ce digne homme qui se lavait les mains en livrant à la mort, comme un criminel, le Fils de Dieu fait homme. Et il y a, encore aujourd’hui, des gens qui invoquent contre la personne adorable du : Sauveur, l’autorité des documents de ce grand procès de la Rédemption du monde, terminé par la condamnation du Juste. “ Le serviteur n’est pas plus que le maître ” : les apôtres et leurs successeurs ont toujours été en butte aux attaques et aux insultes, documents en main. M. Sulte n’aura jamais fini de découvrir des documents ; il suffit de s’y employer.

Les évêques, les prêtres et les Jésuites surtout ont toujours eu des détracteurs, en Canada comme ailleurs ; dans les premiers temps de la colonie, à toutes les époques de notre histoire, et en auront toujours ; mais jusqu’ici, Dieu en soit loué, la population les a toujours entourés d’amour et de respect. Dans nos affaires ecclésiastiques, moins que dans nos autres affaires cependant, il y a eu des misères, il y en a encore ; c’est une des tristes conséquences de la condition humaine ; mais il arrive, précisément, que ceux qu’on attaque le plus sont ceux qui en ont été exempts.

Des documents ! Mais il y a des documents qui sont à l’histoire ce que les axiomes sont à la philosophie, l’évidence.— Des Jésuites ont évangélisé et converti des barbares qui les martyrisaient ; ils ont à travers mille dangers et des souffrances affreuses, distribué le pain de la parole divine et la